Comme chaque vendredi, nous diffusons la publicité de la semaine qui nous a le plus captivé, ou qui a du mal à se faire entendre dans la pubosphère. Le but est de vous faire partager notre ressenti sur la publicité, à travers l’analyse que nous en faisons. D’autre part, il s’agit aussi de vous faire découvrir une publicité qui n’avait peut-être pas atteint votre écosystème de veille. 

Aujourd’hui nous sommes le vendredi 14 décembre, la 50ème semaine de l’année 2018, et c’est sur le film de Noël d’Anomaly London que nous allons nous pencher !

Le Noël d’Anomaly London : O’Human Being

Noël est peut-être bien le plus grand événement annuel du massacre. En effet, l’abattage des sapins reste un sujet principal malgré l’engouement festif autour de cet évènement. ‘O’Human Being’, raconte l’histoire de la célèbre fête hivernale si les rôles étaient inversés, entre humains et sapins.

Chaque année, en moyenne, le Royaume-Uni est responsable de la mort de près de 8 millions d’arbres de Noël, littéralement déracinés, et utilisés pour les 12 journées de Noël. Pire encore, ils sont décorés, contre leur volonté, avec des décorations criardes. Une fois leur peine de 12 jours terminée, les arbres finissent par se retrouver dans la rue, en attendant que le déménageur mette fin à leur misère.

L’agonie de Noël

Raconté par Richard E. Grant, «O’Human Being» est donc une reprise de la tradition de Noël. Le film d’animation, qui a été créé par Unreasonable Studios, commence par une allocution inquiétante et ambiguë émanant d’une voix sans corps: “Très chère Sarah. Si vous lisez ceci, je suis mort.” Il décrit ensuite le sinistre enlèvement du protagoniste par une famille de quatre personnes, qui lui tranchent les pieds avec une hache, avant de l’attacher et de le transporter dans leur salon.

Bien qu’il tente de se débattre, le captif s’aperçoit qu’il est incapable de bouger, car ses jambes sans pieds ont été plantées dans un pot. Désespéré de rentrer chez lui avec sa famille et son épouse bien-aimée, Peter – l’arbre de Noël humain – conçoit un plan d’évasion que les arbres contrent à plusieurs reprises.

Puis vient le désespoir

Au fil des jours, Peter commence à perdre espoir. Ses lettres à sa femme, Sarah, témoignent de son état mental de plus en plus confus: “Il ne me reste plus qu’à contempler l’absurdité de cette vie. Tout est perdu, tout est foutu.” La carte de Noël alternative raconte le voyage existentiel de Peter à travers son otage, sa mutilation et sa torture systématique, et le voit enfin s’échapper en “jouant le mort” sur le bord de la rue, avant d’être repris par un camion de ramassage des déchets, avec les autres raides.

Pendant le générique, une version étrange de “O’Christmas Tree” est jouée, chantée par une chorale d’enfants fantômes. L’agonie, l’espoir, le désespoir et l’acceptation que Peter endure livrent finalement un message de Noël profond pour les enfants du monde entier : les arbres de Noël sont pour la vie, pas seulement pour Noël.

Ce genre de films est habituellement destinés à dénoncer les conditions d’abattage ou de traitement des animaux. Ici, en l’adaptant à la “magie de Noël” et aux conditions de traitement des sapins, il montre et affirme que la nature dans sa globalité est un être doté de sens.

O Human Being from Anomaly London on Vimeo.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here