Alors qu’on entend beaucoup parler depuis quelques années de l’émergence d’une économie collaborative avec les entreprises telles que BlaBlaCar ou  Air B’n’B, on entend de plus en plus parler aujourd’hui d’écologie collaborative.

On se demande alors s’il est possible de suivre la tendance d’une économie collaborative et d’une tendance zéro-gâchis alimentaire grâce à son téléphone ?

Certaines entreprises se lancent dans l’aventure comme « Too Good to go »,  cette application qui réduit  le gaspillage alimentaire.  Leur message : « Sauve les invendus surprise des commerçants près de chez toi, apaise ta faim à petit prix, lutte contre le gaspi ! Un repas dans ton assiette, un geste pour la planète ! » L’application permet de récupérer des paniers dit « surprise » chez le commerçant de son choix, en ayant aucune idée du contenu, mais avec un petit prix certifié. L’application permet également aux utilisateurs de faire des dons de 2 euros qui sont récoltés dans le but de redistribuer ces invendus à des sans-abris

Résultat de recherche d'images pour "too good to go"

« Too good to go » qui est accessible en France et aux Etats-Unis n’est pas la seule application sur le marché, vous pouvez également retrouver « OptiMiam », « Zéro-Gâchis » ou encore « Checkfood » en France, « 11th Hour » à Singapour, « NoFoodWasted » aux Pays-Bas, « FoodCloud » en Irland et en Angleterre, « Cheetah » dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest, « Yo No Desperdicio » en Espagne ou encore « No Food Waste » en Inde.

Même si la plupart des initiatives à grandes échelles se situe sur mobile, il n’en reste pas moins des solutions physiques permettant aux commerces de proximité et aux voisinages de contribuer plus intimement au zéro-gaspillage. Le frigo fait partie de ces solutions, il suffit juste de le partager !

Une écologie collaborative sans plateforme : le frigo solidaire

Sans application mobile d’accord, mais alors, comment  fonctionne le frigo solidaire ?  Voisins, commerçants et restaurateurs les remplissent de dons, d’invendus ou de produits en date limite de consommation. Ces réfrigérateurs en libre-service dans des lieux publics permettent aux plus démunis de se nourrir dans la dignité et aident à lutter contre le gaspillage tout en favorisant le partage.  Le but de l’initiative est de faire changer les mentalités : les gens doivent comprendre que de la nourriture en surplus ne sera pas forcément de la nourriture gâchée, il est essentiel de responsabiliser les communautés et sensibiliser la population aux enjeux complexes entourant l’acte de se nourrir. Le gaspillage alimentaire est une lutte de chaque instant.

Résultat de recherche d'images pour "frigo collaboratif"

En 2011, une étude estime le gaspillage alimentaire à 1,3 milliards de tonnes par an soit un tiers de la production totale de denrées alimentaires destinée à la consommation humaine.

Les Britanniques par exemple, jettent à la poubelle l’équivalent gigantesque de 20 milliards d’euros (17 milliards de livres) de nourriture chaque année. Depuis 1974, le pourcentage de nourriture gaspillée a doublé… Pour plus de données, rendez-vous sur le site de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.

Pour la petite histoire

Les premiers frigos solidaires émergent en Allemagne et en Espagne en 2012.  Suite au succès de ce phénomène, l’initiative s’installe en Angleterre, en Inde ou encore la Nouvelle-Zélande.

En France c’est Dounia Mebtoul, jeune restauratrice propriétaire avec sa mère de La cantine du 18eme, qui a ouvert le 1er frigo solidaire. Elle explique ses motivations : «L’idée c’est de se baser sur le modèle berlinois et de mettre un frigo en libre-service chez un commerçant mais en extérieur, à la portée de tous et où chacun peut déposer ou prendre de la nourriture gratuitement et quand il le souhaite.”

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here