Les études sur le digital on les connaît. Combien d’heures passons-nous sur Internet ? À quelle fréquence les Digital Mums postent sur les réseaux sociaux ? Ou encore, quel site de e-commerce a encore engrangé des milliards d’euros de chiffre d’affaires ? Dans cet article, nous parlerons d’une étude menée par OpinionWay pour Orange, sur un échantillon de 5009 français, et qui va traiter la thématique du digital de manière very insightful. 

Cette étude nommée L’observatoire des usages digital, va en premier lieu aborder la perception des français sur le digital et l’intérêt qu’ils ont pour le digital. Puis, elle enchaîne sur les usages des français du digital, en différentes catégories comme “Se déplacer”, “Se divertir, se cultiver, s’informer”, “Échanger et partager”, “Consommer et payer”, “Travailler, se former, s’éduquer”, “Santé et bien-être”. 

Jusqu’ici, le contenu est très alléchant et offre des leviers de compréhension intéressant. Vient plus loin, vers la fin de l’étude, une section “Thématiques de communication décalées”, qui porte bien son nom car elle nous donne des chiffres à la fois décalés justement, mais très pertinent Insightement parlant. (© Maïeute)

Les excès, les gaffes, les moments gênants liés au digital

Un sondage Black Mirrorien pour commencer car les français ont du répondre à certaines questions, l’une d’entre elle concerne l’implantation d’une puce électronique sous la peau pour payer, ouvrir des portes et même stocker les informations d’identité. Sachez que 12% des français interrogés se disent prêt à passer le cap. (encore une fois, sur une base de 5009 français interrogés). De la même manière, il a été question d’utilisation d’objets connectés pour enregistrer les rêves, stimuler leur créativité et même les programmer ! Il s’avère que 23% des interrogés répondent favorablement à ces propositions. Plus soft, 13% des interrogés aimeraient se rendre à une “Silent Party” et 48% des détenteurs d’animaux sont intéressés par les objets connectés permettant de les surveiller.

À la suite de ces interrogations, nous passons à la catégorie “Excès” (à croire que les questions du haut n’étaient pas dans l’excès). La signification du mot “Excès” ici va plus relever de l’addiction au digital. Les questions vont mettre l’accent sur des moments que les interrogés n’ont pas pu vivre car accrochés à leur smartphone, des poteaux qu’ils se sont pris en marchant car entrain de retweeter un article de Maïeute, ou des karaokés faits uniquement sur Youtube.

Pour finir, les gaffes et les moments gênants liés au digital. Qu’il s’agisse d’un texto parlant d’une personne envoyé à cette même personne, du nombre d’interrogés qui se sont cherchés eux-même sur internet ou du nombre d’interrogés ayant regretté d’avoir poster une publication sur les réseaux sociaux, nous avons des chiffres assez probant, concernant une bonne partie de la population échantillonnée.

Vous avez donc dans cette étude un panel d’informations permettant de placer vos publicités sur des supports assez originaux, en adoptant un ton et un axe pouvant parler différemment aux consommateurs face aux problèmes que le digital leur fait subir, ou face aux solutions que le digital propose.

En bonus : sachez que 61% des interrogés ne valident pas la perche à selfie. Et pour rappel : retrouvez L’observatoire des usages digital ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here