Nous nous attardons généralement sur les concepts et stratégies qui marquent, ou ont marqué l’écosystème publicitaire. Nous les décortiquons ensuite pour en comprendre les fondements. Néanmoins, nous effectuons parfois des exceptions à la règle en exposant des marques ou spots publicitaires qui, à leur manière, retiennent notre attention, il s’agira cette fois-ci de la chaîne de restauration rapide si controversée chez les trentenaires+ et au sein des classes supérieures, il s’agit de la marque O’tacos.

O’Tacos : un modèle de réussite française

Nous pouvons dire et penser ce que nous voulons sur ce lieu de (trop) haute consommation de calories, mais force est de constater que O’tacos incarne un modèle de réussite français qui désormais s’exporte hors de l’hexagone. Nous avons choisi des spots et posts extraits des réseaux sociaux de l’entreprise grenobloise, toujours restés dans la droite ligne de la communication instaurée depuis sa création, et ce en adéquation totale avec l’identité de sa cible pour montrer l’efficacité de sa communication et sa stratégie globale.

Ce fast-food a vu le jour en 2007, lorsque Patrick Pelonero décida de s’inspirer du tacos Mexicain pour en créer un ” à la française “, à savoir en y ajoutant une sauce des alpes crémeuse et riche ainsi qu’en y intégrant des frites, que les français apprécient tant. Le premier restaurant qu’il ouvrit s’appelait alors ” le tacos des alliés “. Les frères Silman et Samba Traoré se joignirent à son projet pour fonder l’enseigne O’tacos.

S’étant installé dans des lieux où les locaux seraient accessible en termes de prix, la marque des trois associés eut donc du succès dans les villes de banlieues de France, et ouvrit sa première franchise à Tremblay-en-France.

La marque et son expansion résumée en trois spots

Le premier spot nous montre un homme à l’image de la clientèle, jeune urbain, buvant du lait en brique face caméra sur un fond sonore de la voix du narrateur, nous expliquant que l’on peut choisir de boire son lait de manière traditionnelle, ou bien, de le boire comme l’on mange un O’tacos, à savoir de la même manière « mais en mieux ». Le protagoniste se retrouve alors la tête couverte de lait après que le narrateur nous ai expliqué que l’on peut faire le choix de boire directement au pied de la vache.

S’en suit des déclinaisons de ce claim sur différents films, l’un présentant un nerd dans une voiture d’abord en mauvais état, puis passant à un bolide suite au choix du mieux, donc O’tacos, mais aussi un vieux couple passant d’une danse en duo, à une danse sulfureuse avec un homme musclé pour madame.

Une cible, une marque, un discours

Au-delà du sandwich, O’tacos a su créer une véritable expérience client, dont chacun de ses axes de communication (digitaux et physiques) témoigne. La marque vend un bonheur simple, un lieu chaleureux de convivialité et de joie de vivre, là où n’ont pas su s’insérer beaucoup d’entreprises françaises de restauration rapide. Zied El Inkichari, responsable marketing de la firme, a pris directement la parole avec sa communauté afin d’établir le lien le plus étroit possible.

Pour comprendre le succès d’O’tacos, il faut comprendre sa cible : les jeunes, lycéens et étudiants. Une fois ceci intégré, les canaux de communication ainsi que les discours à adopter (en fonction d’elle donc), vont d’eux-mêmes. La charte éditoriale est simple et inclus O’tacos dans le quotidien de son public, elle leur parle directement et invite à venir profiter du prétexte d’un O’tacos pour partager un moment dans une enseigne conviviale. Aussi présent en Belgique et en Hollande, O’tacos compte désormais renforcer ses liens avec sa communauté et renforcer sa notoriété auprès du grand public avec ces spots pour l’étranger ! Les jeunes passent aujourd’hui du temps dans ces restaurants, car qu’on le veuille ou non l’image d’Épinal de la salle d’arcade où l’on pouvait passer des heures entre amis n’est plus, et là où les jeunes n’ont plus d’espaces à s’approprier et dans lesquels venir après les cours, O’tacos s’est positionné.

Aujourd’hui, 31 000 clients consomment un ” french tacos ” par jour, 160 restaurants ont ouvert et cela fait maintenant 11 ans que ce récit français dure et perdure…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here