Facebook a annoncé mercredi qu’il allait déployer à l’échelle mondiale, et notamment en France, son service de vidéos Facebook Watch, qui est déjà disponible aux Etats-Unis depuis plus d’un an. Il s’agit d’une plateforme sur laquelle les créateurs de contenus peuvent diffuser des vidéos sous forme de séries. (émission d’actualités, web-séries, reportages…)

À LIRE AUSSI : 9 conseils sur les publicités vidéos Facebook pour être plus performant

Cette plate-forme va de pair avec l’évolution des habitudes de visionnage de la vidéo, passant de la télévision traditionnelle aux plates-formes en ligne, notamment Netflix et Hulu, et au fait que davantage de personnes regardent des contenus de professionnels et d’utilisateurs sur des services comme YouTube.

Logiquement, la plate-forme rencontre donc un franc succès aux États-Unis : « Chaque mois plus de 50 millions de personnes viennent sur Watch pour consommer du contenu vidéo pendant au moins 1 minute. Le temps passé sur Watch s’est également multiplié par 14 depuis le début 2018.» C’est donc dans l’attente de ces mêmes résultats que Facebook décide de déployer sa plate-forme dans le monde entier, et la France.

Qui dit nouvelle plate-forme de contenu, dit nouveau support publicitaire

Dans le viseur : Creator Studio, le nouvel outil de Facebook crée pour suivre ses statistiques, gérer son contenu et plus important, gérer sa monétisation. Cet outil va donc permettre aux créateurs d’insérer eux-même de la publicité dans leur vidéo, pour que ces derniers puissent bénéficier de revenus conséquents. Avec le succès connu aux États-Unis de Watch, les créateurs français vont pouvoir se ruer vers cette plate-forme en intégrant le plus de publicité possible.

Autre fonctionnalité : les Watch Parties. Une fonction qui vous permet de visionner les vidéos entre amis et de les commenter. Pour utiliser le potentiel des Watch Parties, Facebook prévoit de se centrer davantage sur la diffusion de vidéo en direct, telles que des émissions TV ou sportives.

Un joli tacle à Youtube, qui va permettre à Facebook de redorer son blason vu la faible croissance du géant bleu ces derniers temps.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here